Antibes est la ville où je suis né. C'est une ville aux murs anciens, ville de défense, aménagée par Vauban au XVIIème siècle, qui a quelque chose de la douceur des villes de Toscane, si elle n'était posée sur la mer. 
Lorsque je suis né, en 1925, elle vivait toute entière à l'intérieur de ses vieux remparts. Le bleu de la mer venait lécher ses vieux murs comme aujourd'hui encore et ses eaux limpides reflétaient l'ombre des pins parasols qui l'entouraient et qui ont aujourd'hui disparu. 
Dès l'enfance, je découvrais son architecture sobre et précise où la pierre était ajustée avec raffinement comme dans les constructions de l'antiquité et les plus belles abbayes du Moyen-Age. C'est peut-être pour cela que j'ai toujours été sensible à la beauté des murs et à celle des beaux assemblages. J'ai pris toute ma vie grand plaisir à exercer le métier de bâtir.

La mosaïque, à laquelle je n'ai pu vraiment me consacrer qu'à partir de l'âge de la retraite, c'est le même amour de la matière et de l'assemblage, le même plaisir du travail. Dans l'exploration de cette technique vieille de quelques millénaires, tout un monde s'ouvre à moi, un monde de couleurs qui se déclinent à l'infini, en mille possibilités de formes et de structures. Il guide le choix de mes thèmes, qui bien évidemment tournent autour de l'idée du temps. Chaque jour m'apporte sa moisson de couleurs nouvelles, l'idée de nouvelles juxtappositions et de nouveaux assemblages. Et ma joie ne finit jamais devant mes modestes découvertes. Je  voudrais vous les faire partager en toute simplicité sur mon site Internet en vous proposant cette exposition électronique mais non exhaustive, de mon travail.